Articles

Diète cétogène et maladie

Exceptionnellement, je ne vous partage pas une recette aujourd’hui mais un article sur « comment faire une diète cétogène quand on est malade ? ».

J’avoue que je n’avais pas l’intention de le publier mais ce matin la gardienne de l’immeuble où j’habite me  parlait de la maladie de sa cousine (il arrive souvent que quelqu’un me parle d’une maladie de leur proche), je lui ai alors parlé de la diète cétogène et ça semblait l’intéresser 🙂 elle m’a demandé alors de lui noter ce qu’il fallait faire. C’est en rédigeant ces notes que j’ai finalement décidé de le publier au cas où ça peut aider d’autres personnes, ce que j’espère en tout cas.

COMMENT FAIRE UNE DIETE CETOGENE QUAND ON EST MALADE ?

Le mieux est de commencer de façon stricte dont voici quelques conseils.

 LA BASE :   

– Manger beaucoup de gras (80%)

– Manger modérément des protéines (15%)

– Réduire drastiquement les glucides (5%)

 1) Pourquoi manger beaucoup de gras ?

 Notre organisme (en général) a été habitué à puiser son énergie dans les glucides (sucre). Le fait de réduire drastiquement ces glucides (la base de la diète cétogène) vide le foie de son stock de « glycogène » (glucides), le corps doit alors trouver une autre source d’énergie pour bien fonctionner.

Quand vous Mangez beaucoup de gras, vous apprenez, en quelque sorte, à votre corps que désormais il ne « carbure plus aux glucides » mais au gras. Le gras que vous mangez seront décomposés pour en produire des cétones que votre corps utilisera ensuite comme source d’énergie. Plus vous mangez du gras (au début), plus vite le corps comprendra que désormais ce n’est plus dans le sucre qu’il doit puiser son énergie mais dans le gras.

Souvent quand on me demande par où commencer quand on veut suivre une diète cétogène, je pose toujours la même question : As-tu peur de manger gras ?  Car, pour moi, pour commencer la diète cétogène, la première chose à faire est de bannir la peur du gras. Avoir peur du gras c’est priver le corps de sa source d’énergie, et cela pourra poser problème.

 J’ai moi-même eu du mal à manger gras à mes débuts, mais à force, après presque 5 ans de diète, j’ai aujourd’hui du mal à diminuer mes matières grasses. D’ailleurs, chez moi, le manque de matière grasse provoque une sorte d’hypoglycémie, qui disparait dès que j’en prends.

C’est justement cet apprentissage du corps à puiser son énergie dans le gras que l’on appelle « la Phase d’adaptation ». Cette phase n’est pas la plus facile, on peut expérimenter le contraire de ce qu’on avait pensé. Il peut y avoir de la fatigue, nausée, diarrhée et d’autres désagréments, bref, comme j’ai dit, phase qui peut être difficile mais il ne faut pas lâcher car après quelques semaines ou mois (cela dépend de l’organisme de chacun), le corps s’adapte et on tire alors tous les bénéfices de ce qu’on appelle « la céto-adaptation », c’est à dire votre corps sait désormais puiser son énergie dans les cétones.

J’avoue ne pas trop me souvenir des désagréments de mes débuts car j’étais en même temps sous traitement que j’ai très bien supporté d’ailleurs.

Je tiens à préciser qu’à mes débuts, je m’en tenais aux aliments à manger « quotidiennement » cités plus haut, il était très rare que je mange du sucré ou des oléagineux, jamais de produits laitier, et ce jusqu’à environ un an après la fin des traitements.

2) Comment alors COMMENCER la diète cétogène ?

Il y a tellement à dire qu’un article ne suffira pas à tout expliquer mais voici  (sans prétention) les quelques conseils que je peux donner suite à mon expérience.

Ce qu’il faut manger:

Quotidiennement :

Du gras à volonté : Beurre, huile de coco, d’avocat, d’olive, beurre de cacao, graisse de porc ou de canard (200 g par jours au début)

Des légumes modérés : (brocolis, chou-fleur, courgette, choux blanc, radis, salade, haricot-vert, épinards, chou de Bruxelles.

Herbes aromatiques à volonté : Persil, coriandre, céleri, etc…

De la viande très modérée:(environ 100g par repas selon l’animal) : poulet, canard, porc, bœuf (partie grasse comme la poitrine de porc, steak haché 15% de matière grasse, côtelette de porc ou côte de bœuf, cuisse de poulet, etc…), œufs (jusqu’à 3 par repas).

Poisson gras très modérés: maquereau, saumon, sardines etc…et fruits de mer, algues…

Fruits : avocat (à volonté), citron, tomates (modérément)

– Eau (2 à 3 litres/jour si possible)

Pour le plaisir :

– Sucrant : stévia

– Lait, noix et farine de coco

– noix de macadamia et de pilli (modérément)

– Café ou thé (de préférence décaféiné ou déthéiné), infusion ou tisane.

– charcuterie (de préférence bio).

Les substituts:

Riz et pâte : riz et spaghetti de Konjac, riz et spaghetti de cœur de palmier, Riz de chou fleur ou brocoli, spaghetti de courgette

Sucre : stévia ou erythritol

Farine : farine de coco, et poudre ou farine d’amande (très très occasionnellement),

Produit laitier : Lait et yaourt de coco

Compléments indispensables :

– Magnésium (bisglycinate ou citrate)

– Sodium (sel de l’hymalaya, ou sel de mer)

– potassium (dans les avocats, épinards, herbes aromatiques, etc…)

– vitamine D

Compléments pouvant aider :

– Collagène, oméga 3.

Ce qu’on peut manger occasionnellement :

Produits laitiers : Crème fraîche, fromage, de préférence à pâte molle (burrata, Brillat Savarin, Mozzarella), yaourt Grec.

Fruits : Fraises, framboises, mûres (pas plus de 30 g)

Légumes : Champignon, poireau, poivron vert, navet, chou rave, cèleri rave (en petite quantité)

pain cétogène : (fait avec de la farine de coco, vous trouverez quelques recettes sur le site)

gâteau cétogène : (fait avec de la farine de coco, recettes sur le site)

substitut de sucre : (erythritol)

Oléagineux (très très occasionnellement)

Ce qu’il faut EVITER :

Du sucre même « diététique » : (raffiné, cassonade, sucre de coco, miel, agave, etc…) et tout ce qui contient du sucre (gâteau, viennoiseries, sirop, boisson sucrée, soda, etc…)

Fruits : tous (sauf ceux cités plus haut en petite quantité)

Tout ce qui contient des céréales :(riz, blé, maïs, etc…, pain, même sans gluten, biscuits, etc…)

Tous ce qui est légumineuse : pomme de terre, manioc, patate douce, haricots blancs, rouges, lentilles, quinoa, etc…

sel raffiné

– Eviter les produits sucrés marqués « sans sucre ajouté »

– Eviter les produits marqués « allégé ou light »

– Eviter les huiles de fleur (tournesol, colza, etc…), huiles de noix(sauf coco), les mélanges d’huiles, etc…

– Manger le plus souvent possible des produits non transformés.

Apprendre à lire les étiquettes pour traquer les glucides cachés. Les glucides marqués sur les étiquettes ne doivent pas dépasser 5g/100g, regardez également le taux de protéines.

Les glucides qu’on peut trouver sur les étiquettes : Tout ce qui se termine par « ose » ou « ol » ou « ide » (Glucose, fructose, saccarose, dextrose) et tout ce qui est fécule, malt, sirop, amidon, etc…

3) Comment manger 200g de gras ajoutés par jour ?

– Mettre du gras dans une boisson chaude (café, thé, tisane)

– cuire les légumes (épinards, chou-fleur, etc…) avec beaucoup de matières grasses,

– cuire les viandes, œufs, poisson avec beaucoup de matières grasses.

Exemple petit déjeuner :

Mixez 30g de beurre avec le café, thé ou tisane. Accompagnez de 3 œufs brouillés cuits avec 40g de beurre, un peu de pousse d’épinards cuites avec 10g de beurre ou huile de coco ou olive. (Cela fait déjà 80g pour le petit déjeuner).

Exemple de déjeuner :

100g de chou-fleur cuit à la vapeur et sauté ensuite dans 40g de beurre, accompagné d’un morceau de viande ou poisson, et ½ avocat.

Finissez le repas avec une boisson chaude-grasse avec 30g de matière grasse ajoutée. (Cela fait 70g pour le déjeuner).

Entre les repas (dans la journée ou dans l’après-midi), vous pouvez boire une boisson chaude avec 20g de matière grasse.

Exemple de diner :

Même principe que le déjeuner avec 70g de matière grasse ou moins si vous avez déjà atteint les 200g journalière.

Attention :

1) il est possible que votre médecin ne soit pas d’accord, il peut même vous faire peur. Dans ce cas, souvenez-vous que c’est votre santé, et c’est à vous de décider.

2) il se peut aussi qu’un proche vous dissuade de le faire avec des arguments plus ou moins convaincants. Là encore c’est à vous de décider.

Il y a également sur internet des blogs bien fournis en explications et recettes que vous pourrez consulter. Je vous conseille fortement celui de Superketo https://superketo.fr/

J’espère que ces quelques conseils pourront aider plus d’un. Le sujet étant vaste, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser.

 

Laisser un commentaire